Cristal collectif du CNRS : Brigitte Spiteri récompensée

4 février 2019

Accueil > Le Laboratoire > Cristal collectif du CNRS : Brigitte Spiteri récompensée

Cristal collectif du CNRS : Brigitte Spiteri est récompensée pour son travail au sein du réseau des lithopréparateurs de France ! Elle recevra son cristal le 11 mars prochain à Paris.

Brigitte Spiteri
F.-X. Le Bourdonnec

Depuis 2018, le CNRS décerne une nouvelle distinction, le Cristal collectif, qui récompense des équipes d’ingénieurs et de techniciens pour leur projet collectif innovant ou technique remarquable. L’équipe de Brigitte Spiteri vient de se voir attribuer cette distinction dans la catégorie "appui à la recherche" (6 équipes lauréates cette année dans cette catégorie).

L’équipe de Brigitte Spiteri compte trois autres personnes : Fabienne Barrère de Parseval (Géosciences Environnement Toulouse), Christophe Nevado (Geosciences Montpellier) et Xavier Le Coz (Géosciences Rennes). Ces quatre lauréats représentent le réseau des lithopréparateurs de France.

Avec une cinquantaine d’agents dispersés au sein des laboratoires français en 2018, la lithopréparation est une profession rare, pour laquelle il n’existe pas vraiment de formation. Le réseau des lithopréparateurs est donc né de la nécessité des techniciens d’échanger sur leurs pratiques, et de transmettre leurs connaissances aux futurs préparateurs. Les lithopréparateurs ont besoin d’assurer la relève ! D’où une mission de formation, presque de compagnonnage, qui se voit récompensée aujourd’hui par l’obtention d’un Cristal collectif.

Le réseau a vu le jour en 1999 mais n’a obtenu une reconnaissance qu’à partir de 2015 grâce à l’Institut National des Sciences de l’Univers (CNRS-INSU) ; en 2018, il est enfin reconnu comme un véritable réseau professionnel. Depuis sa création, les lithopréparateurs de France se rencontrent tous les 2 ans durant 2 ou 3 jours au cours desquels ils échangent sur leurs pratiques, l’évolution des techniques, et partagent leur expérience. Une des rencontres du réseau s’est tenue à Bordeaux en 2007 ; la prochaine rencontre est prévue au Mans en 2019.

Lithopréparateur, un métier mal connu et peu visible, mais indispensable à la recherche dans les domaines des géosciences, paléontologie, archéologie, sciences des matériaux.

Le travail du lithopréparateur consiste à élaborer des préparations de matériaux géologiques ou archéologiques (lames minces réalisées dans des roches) qui sont ensuite observées au microscope puis étudiées par différents appareils analytiques (MEB, microsonde électronique, etc.) ; ces analyses serviront à déterminer les différents constituants d’une roche (fossiles, cristaux, ciments...).

Cette chimiste de formation en est arrivée à l’archéologie après avoir travaillé tout d’abord en géologie chez TOTAL (micropaléontologie) puis à l’ENSEGID Bordeaux avant d’être recrutée à l’université Bordeaux Montaigne au sein du laboratoire de recherche IRAMAT-CRP2A. Désormais, les matériaux archéologiques qui passent entre les mains expertes de Brigitte sont essentiellement des céramiques et des mortiers, mais elle traite aussi des échantillons de marbres, de silex, de rhyolithe, de calcite... en provenance du monde entier.

En savoir plus sur le métier de lithopréparateur : voir la vidéo tournée à l’occasion de la rencontre du réseau à Bordeaux, 2007.

Interview réalisée par Catherine de Noter, responsable valorisation du LaScArBx.

Voir en ligne : réseau des lithopréparateurs.

Portfolio

Dans la même rubrique

17 mai – Une géochronologue au collège !

Le mardi 10 mai 2022, Chantal Tribolo, géochronologue au sein du laboratoire Archéosciences Bordeaux, a rendu visite (...) Lire la suite.

1er janvier – Nouvelle équipe de direction du laboratoire

Depuis le 1er janvier 2022, notre collègue Christelle Lahaye assure la direction du laboratoire. Elle est (...) Lire la suite.

1er janvier – Création de l’UMR Archéosciences Bordeaux

Archéosciences Bordeaux est une Unité Mixte de Recherche (UMR 6034) née le 1er janvier 2022 de la fusion de deux (...) Lire la suite.

Sur le même sujet

28 janvier – Le site paléochrétien de Notre-Dame de la Place à Bordeaux : nouveaux acquis chronologiques

Samedi 29 janvier 2002 à 17 h, à l’occasion d’une visioconférence à la Société Archéologique de Bordeaux, nos collègues (...) Lire la suite.